Autosuggestion - Méthode Coué

  L’autosuggestion ou la programmation positive du cerveau  
     
 

Emile Coué premier "coach" du XXème siècle.

Emile Coué a inventé la psychologie comportementale et la pensée positive ou le "comment influencer positivement son inconscient ou son imaginaire ".

La programmation neurolinguistique, l’analyse transactionnelle, les techniques de relaxation développées par des psychologues comportementalistes se fondent sur le concept d’autosuggestion et de programmation inventé par Emile Coué et l’Ecole de Nancy.

Émile Coué de la Châtaigneraie participe au développement de « L’Ecole de Nancy » où il installe son cabinet pharmaceutique.

L’école de Nancy, de renommée européenne dans le champ de la psychologie, permet à Emile Coué de découvrir « De la suggestion dans l’état hypnotique et dans l’état de veille », un ouvrage du Professeur de la faculté de Strasbourg BERNHEIM,(traduit en allemand par un certain docteur Sigmund FREUD en 1889 ! ).
Il y rencontre le docteur LIEBAULT, inventeur de l’hypnose , cet état de conscience modifié. “L’école de Nancy” devient la référence en matière de suggestion et d'autosuggestion.

Emile Coué réalise des séances collectives et gratuites d’hypnose pour les clients de sa pharmacie il crée et définit l’effet Placébo.

Emile Coué qui commence par parler de la puissance de l’inconscient sur notre volonté finit par nommer l'inconscient : L’imagination

Le concept de l’auto suggestion

1 La pensée crée la réalité :
L’autosuggestion est « L’action de s’implanter soi-même une idée dans l’esprit »
Toute idée, positive ou négative, que nous avons dans l’esprit, si elle est réalisable, devient réalité.


2 Nous sommes les champions de l’autosuggestion négative :
« Je veux mais je ne peux pas »
Nos pensées négatives ont des effets dévastateurs : si vous employez les expressions « je ne peux pas » , « c’est difficile », « c’est impossible », « c’est plus fort que moi », « je ne peux pas m’empêcher de », vous les pensez et si vous les pensez elles deviennent réalité.

Contrairement à ce que dit le vieil adage " Quand on veut, on peut ", la volonté, consciente est inefficace seule.

Pour illustrer ses postulats de base Emile Coué citait souvent le texte de Blaise Pascal sur le vertige et la volonté.
Chacun d'entre nous est capable de marcher sur une planche de 10 mètres de long et de 25 centimètres de large si celle-ci est posée sur le sol.


Supposons que cette planche soit placée entre les deux tours de Notre Dame, peu de personnes seront prêtes à s'élancer !

Dans le premier cas, l'imagination nous dit que la traversée était facile, dans le second nous imaginons la chute.

Le charpentier comme le couvreur imaginent, eux, qu'ils peuvent le faire.

5 grands postulats de base :
Une pensée, bonne ou mauvaise, que nous avons en tête est pour nous la réalité et a tendance à se réaliser. (imaginer de chuter de la planche)
La première faculté de l'homme est l'imagination
Quand il y a lutte entre l'imagination et la volonté, c'est toujours l'imagination qui l'emporte sans aucune exception.
Lorsque la volonté et l'imagination sont en accord, elles font plus que s'ajouter, elles se multiplient. (C'est une image pour illustrer la force de cette alliance)
L'imagination peut être conduite.

Émile Coué formalise sa méthode en une phrase :
" Tous les jours, à tous points de vue, je vais de mieux en mieux"
et il engage ses patients à répéter cette phrase vingt fois de suite au moins une fois par jour.

Pour en savoir plus : Un site sur la méthode coué

 

 

 

 
 

Partager sur

 

 

Six ouvrages co-écrits par
Luc Teyssier d’Orfeuil
Deux ouvrages co-écrits par
André de Chateauvieux
 
 
   
 

Blog de Luc Teyssier d’Orfeuil & de Pygmalion Communication

Blog pygmalion communication

Blog d’André de Chateauvieux & d’Art de Changer
http://blog.art-de-changer.com

 
 
 
Images Copyright©20 Micro Application et ses concédants. Tous droits réservés.
 
Up/Haut