Feed Back

 

Le feed-back est un outil du coach.
Le feed-back positif est la clé du succès.

 
     
 

Historique :

Le feed-back prend son origine dans la théorie de l'information : c'est un écart observé entre un point de référence (la température idéale de la chambre, la cible visée par l'archer...) et la réalité à un moment donné (la température réelle, le point d'impact de la flèche). Cet écart mesuré peut être positif ou négatif, plus ou moins prêt de l'idéal que l'acteur se fixe.
Lorsque que l'acteur dispose d’un retour d'information sur ce qu’il fait, il peut agir pour changer (diminuer ou augmenter la température, viser plus haut ou plus bas)... Mais seulement s'il le souhaite : si le mouvement vers ce point de référence est "écologique" pour lui.


Les sources du feed-back dans le coaching :

Pour Robert W. DILTS, l'un des promoteurs de la programmation neurolinguistique (PNL), un coaching efficace implique la mise en place de feed back et de récompenses.

Robert W. DILTS se réfère à la parabole du dauphin décrite par l'anthropologue Gregory BATESON qui a étudié les structures de communication des dauphins et des marsouins.

Comment on entraîne les dauphins "à se donner en spectacle" :

L'instructeur fait venir le dauphin dans le bassin de parade, et il attend. Lorsque l'animal fait une cabriole ou une figure intéressante, il donne un coup de sifflet pour attirer son attention et lui donne aussitôt un poisson.
Le dauphin, ravi, recommence. Après un certain nombre de "coups-de-sifflet-poisson", l'instructeur le remet dans l'autre bassin.
   
Le lendemain, dès qu'il revient dans le bassin de parade, le dauphin recommence le même tour; mais là, pas de sifflet, pas de poisson... Il ne comprend pas et recommence; en vain. Il commence à être frustré, mais il a beau recommencer et recommencer, rien ne vient. Alors, dépité, le dauphin fait autre chose, Aussitôt, sifflet, poisson !
Et c'est ainsi que de joie en joie, sans jamais punir, en récompensant, le dauphin augmente son répertoire...
   
0n dit même que certains ont inventé de toutes pièces des comportements que jamais aucun dauphin n'avait eu auparavant...
Un mot encore : parfois l'entraîneur donne au dauphin un poisson "gratuit", sans rien en échange, comme ça, pour entretenir l'amitié.
   

Cette métaphore montre que la mission de l'entraîneur n'est pas de conditionner des comportements spécifiques, mais plutôt d'amener le dauphin à être créatif au sein de son propre ensemble de comportements.
Le succès de l'entraîneur est basé sur sa capacité à faire émerger ou libérer la créativité de l'animal. Il n'est pas un observateur objectif, mais au contraire dans une relation intense avec l'animal. Et son succès dépend du maintien de la qualité de cette relation. L'entraîneur doit lui même initier des changements dans son comportement et réagir aux multiples feed- back.

 
 

Partager sur

 

 

Six ouvrages co-écrits par
Luc Teyssier d’Orfeuil
Deux ouvrages co-écrits par
André de Chateauvieux
 
 
   
 

Blog de Luc Teyssier d’Orfeuil & de Pygmalion Communication

Blog pygmalion communication

Blog d’André de Chateauvieux & d’Art de Changer
http://blog.art-de-changer.com

 
 
 
Images Copyright©20 Micro Application et ses concédants. Tous droits réservés.
 
Up/Haut