Palo Alto

  L’école de Palo Alto désigne un groupe de chercheurs qui ont travaillé ensemble autour de la théorie de la communication et de la relation entre les individus.  
     
 

L’initiateur de ce travail et le père de cette école est Grégory BATSON, zoologue, anthropologue et ethnologue. Il a été influencé par les mathématiciens, pères de la « cybernétique », Norbert WIENER et John Von NEUMAN, et également par Ludwig Von BERTALANFFY, biologiste qui a élaboré la « théorie des systèmes ».

Bertrand RUSSEL, père de la « théorie des types logiques », et Milton ERIKSON, initiateur d’un langage et d’une approche hypnotique en thérapie, ont aussi influencé son travail.

C’est le mélange des genres qui a fait toute la force de l’école de Palo Alto et qui a apporté un renouveau dans la vision de la communication.
L’une de ses originalités majeures est l’utilisation de l’approche systémique dans le domaine des relations humaines.

Postulat de départ :
« Il est impossible de ne pas communiquer »

La communication est liée au comportement des individus. Il n’y a pas de « non-comportement » (le silence et l’inaction sont un comportement). Par conséquent, la communication est permanente.

 

Quatre grands principes :

1°/ Deux niveaux de sens dans un message :

* L’information, ou le contenu, c’est ce qui est dit.
* La relation entre les individus.

Ex : Je m’approche d’une jeune femme pour lui demander mon chemin (contenu). Ce n’est pas un hasard si je l’ai choisie plutôt que le monsieur à côté (relation).

2°/ Dualité dans la communication d’un message :

Il existe deux modes distincts et complémentaires :

Digital : lié au langage et à un code; pour communiquer, il est nécessaire que les interlocuteurs aient un code commun (même langue).

Analogique : gestuelle, mimique et posture; ce mode est plus intuitif et reste compréhensible sans dictionnaire !

3°/ La ponctuation des échanges :

C’est la suite des échanges dans une communication, une suite de segments et le regard que chacun porte sur le comportement de l’autre.

Peu importe de savoir qui a raison ou tort, l’important est de comprendre que chacun « ponctue » son échange pour maintenir le système dans cet équilibre.

Chacun faisant plus de la même chose: il faut modifier les ponctuations.

4°/ La métacommunication :

Métacommuniquer, c’est échanger sur sa propre communication au niveau du contenu ou au niveau de la relation.

Exemple 1: « Si je me suis fâché, c’est parce que je t’apprécie. »: j’explique et justifie le pourquoi de ma communication.
Exemple 2: « Qu'est-ce qui se joue entre nous ? »: je prends de la distance et questionne la relation qui se crée entre l'autre et moi.

 
 

Partager sur

 

 

Six ouvrages co-écrits par
Luc Teyssier d’Orfeuil
Deux ouvrages co-écrits par
André de Chateauvieux
 
 
   
 

Blog de Luc Teyssier d’Orfeuil & de Pygmalion Communication

Blog pygmalion communication

Blog d’André de Chateauvieux & d’Art de Changer
http://blog.art-de-changer.com

 
 
 
Images Copyright©20 Micro Application et ses concédants. Tous droits réservés.
 
Up/Haut