La conversation du Coaching

 

La question n’a d’intérêt que dans les réponses qu’elle suscite.

 
     
 

Si l’art du questionnement fait partie de la conversation du coaching, il n’en est qu’une infime partie. Le coach fait la part belle à l’écoute.

Ecoute de la réponse, de la non-réponse, de la forme de la réponse de son client. Si les oreilles servent à entendre, la tête et le cœur servent à comprendre.

 

1°) Le coach aime les formules paradoxales et provocantes

Comment faîtes-vous pour échouer ?
En quoi est-ce un problème ?
De quoi avez-vous peur ?
Ce coaching est-il vraiment utile ?

2°) Le coach aime orienter son client vers des solutions.

Comment feriez-vous si vous saviez le faire ?
Que pourriez-vous faire pour arriver à ce résultat ?
Comment saurez-vous que vous avez réussi ?
Une fois que vous aurez atteint ce résultat que ferez-vous ?

3°) Le coach aime faire peser à son client le pour et le contre.

Quels avantages et inconvénients allez-vous rencontrer ?
A combien évaluez-vous les gains et pertes de ce choix ?
Que peut-il arriver de meilleur et de pire ?

4°) Le coach aime faire aller à l’essentiel.

Et si vous deviez me résumer cela en une phrase ?
Comment cet objectif peut se définir en moins de 8 mots ?
Et s’il n’y avait qu’un seul mot ?

5°) Le coach aime le questionnement sans question.

Reprendre la phrase : répéter (tout ou la fin).
Le silence (se taire pour attirer la parole de l’autre).
Reformuler le « dit » et reformuler le « sentiment ».

 

 
 

Partager sur

 

 

Six ouvrages co-écrits par
Luc Teyssier d’Orfeuil
Deux ouvrages co-écrits par
André de Chateauvieux
 
 
   
 

Blog de Luc Teyssier d’Orfeuil & de Pygmalion Communication

Blog pygmalion communication

Blog d’André de Chateauvieux & d’Art de Changer
http://blog.art-de-changer.com

 
 
 
Images Copyright©20 Micro Application et ses concédants. Tous droits réservés.
 
Up/Haut